Redimensionner les textes:
  • A A A
  • La judoka handicapée Chinay-Love Auguste

    Lis moi avec webReaderEcoutez

    chinay_loveLe 15 juillet ramène le 3e anniversaire du Centre Sport pour l’Espoir Haïti (CSEH). Durant trois jours de commémoration (13, 14 et 15 juillet), les responsables du seul centre olympique du pays ont organisé plusieurs activités socioculturelles et sportives, mais la judoka handicapée Chinay-Love Auguste a volé la vedette aux responsables du CSEH lors de la journée coïncidant à l’anniversaire du Centre.

    Le Centre Sport pour l’Espoir Haïti (CSEH) a fêté ses trois ans d’anniversaire les 13, 14 et 15 juillet 2017. Lors de la première journée soit le 13 juillet, les responsables du CSEH ont organisé dans la matinée un festival sportif où les jeunes venant des départements de l’Ouest, du Nord, du Sud et du Centre, participant à un camp régional, ont pratiqué le volleyball, le basketball, le tennis de table, le tennis, la boxe et le football. Dans l’après-midi, les équipes du CSEH ont disputé deux matches en football et en basketball face respectivement au Groupe d’intervention de la Police nationale d’Haïti (GIPNH) plus connu sur le nom de SWAT et de l’Unité de sécurité du Premier ministre (USPM).

    Le 14 juillet a été marqué par l’inauguration d’une bibliothèque jeunesse offerte par la Fédération haïtienne de boxe amateur (FHBA) et la JC documentation et communication. Par la suite, plusieurs membres de la famille sportive ont assisté à des conférences scientifiques sur des thématiques relatives au sport et qui ont été présentées par des spécialistes tels que Bony Georges (directeur a.i du CSEH), Pierre Emmanuel Bijou (président de la Fédération de badminton), Margarette C. Graham (présidente de la Fédération de volleyball), Bermhan Gay (journaliste sportif) et Alain Jean-Pierre (président de la Fédération haïtienne d’athlétisme amateur (FHAA et secrétaire général du Comité olympique haïtien).

    À l’issue des conférences, Margarette C. Graham a fait l’éloge du fonctionnement du centre. « Le CSEH est une structure extraordinaire pour le développement du sport en Haïti. Le volleyball a utilisé le gymnasium de cette enceinte au cours de ces dernières années. Parce que le gymnasium respecte les normes internationales », a déclaré la présidente de la Fédération tout en mentionnant que le sport haïtien doit se doter d’un autre centre de proximité.

    Quant au président du badminton, Pierre Emmanuel Bijou, il a plaidé pour un bon accompagnement de l’État. « Nous souhaitons que l’État haïtien accompagne les responsables du CSEH afin de permettre aux fédérations d’avoir plus de possibilités d’utiliser le seul centre olympique du pays », a-t-il précisé tout en mettant l’accent sur l’aspect sécuritaire. « Il va falloir que les responsables étatiques sécurisent la zone afin de permettre à la société de bénéficier de ce bijou que l’international nous a offert », a-t-il ajouté.

    La judoka handicapée Chinay- Love Auguste vole la vedette

    Le jour de l’anniversaire, soit le 15 juillet, plusieurs athlètes des différentes disciplines pratiquées au CSEH (boxe, karaté, taekwondo et judo) ont donné des exhibitions en présence des responsables du CSEH, du président du Comité paralympique d’Haïti (Jean Chevalier Sanon) et de deux représentants de la Ministre des Sports. À part les activités sportives, le public composé de jeunes qui a pris d’assaut les tribunes du gymnasium du CSEH a été égayé par des animations socioculturelles (chant, danse, troubadour). Mais, l’assistance a été épatée par le poème déclamé par la jeune handicapée de Trou du- Nord Chinay-Love Auguste du club FEMINA de Limonade où elle a présenté son handicap et sa volonté de vivre et de réussir. Par la suite, tout le monde a été étonné de voir que Chinay-Love est une pratiquante de judo. Elle est ceinture jaune. Elle a participé à l’exhibition et elle a même combattu contre un adversaire et elle a démontré toute sa classe en gagnant son duel.

    « Je suis une fille handicapée, mais je peux effectuer tous les travaux. J’ai l’habitude d’aller faire les courses pour ma maman au marché. Je suis une pratiquante de judo. Mon rêve est de défendre les couleurs de mon pays dans des compétitions internationales. Je veux rempporter des médailles. Je veux être un modèle pour tous les autres jeunes handicapés du pays », a déclaré la jeune Chinay-Love Auguste âgée de 12 ans tout en demandant à l’État haïtien d’encadrer les personnes handicapées du pays en mettant à leur disposition des moyens adéquats.

    « Même si nous sommes des personnes handicapées, nous faisons partie de la société. Il revient à l’État de faire respecter les lois qui nous protègent et de bannir la discrimination que nous subissons tous les jours », a-telle souhaité.

    Pour sa part, le président du club FEMINA, Romel Jean-Pierre, a informé que Chinay-Love Auguste fait partie de son club depuis cinq années tout en signalant que le rêve de son institution est de permettre à l’athlète de terminer ses études et de devenir une championne paralympique.

    « Chinay-Love est originaire de la localité Lory (Trou-du-Nord). Dans le cadre du programme pour les enfants handicapés, nous l’avons découverte. Elle est avec nous depuis 5 ans. Dans notre programme handisport, elle pratique le judo, le karaté et la boxe depuis trois ans. Elle est en 6e année fondamentale. Notre plus grand rêve pour elle est de l’aider à terminer ses études classiques, devenir une professionnelle et championne paralympique », a fait savoir Romel Jean-Pierre.

    Par ailleurs, à part les activités pour commémorer les trois années d’existence du Centre Sport pour l’Espoir Haïti (CSEH), les responsables organisent des camps pour les jeunes. Ainsi, du 17 au 22 juillet, les enfants des deux centres d’accueil (Delmas 3 et Carrefour-Feuilles) prennent part dans un camp dénommé « camp de réinsertion » tandis qu’un camp national aura lieu toujours au CSEH du 23 au 29 juillet 2017.

    À rappeler que le CSEH a été inauguré le 15 juillet 2014 et la construction du complexe sportif a été payée par le Comité international olympique (CIO) à hauteur de 18 000 000 de dollars américains.

    Source : Le National