Redimensionner les textes:
  • A A A
  • L’accessibilité pour tuer le handicap

    Dans le jardin de la Secrétairerie d’Etat à l’intégration des personnes handicapées (SEIPH), à la rue Panaméricaine, Pétion-Ville, plus d’une centaine de personnes vivant avec une déficience quelconque ont commémoré, ce vendredi, la journée internationale des personnes handicapées célébrée à travers le monde chaque 3 décembre.

    Haïti: La commémoration de la journée internationale des personnes handicapées en Haïti a été marquée par des discours et des témoignages axés sur le terme d’accessibilité. « An nou bati yon Ayiti aksesib pou tout moun : andikape ou pa ! ». Une personne qui vit avec une déficience quelconque n’est pas un handicapé pour autant, elle le devient quand elle ne jouit pas de l’accessibilité. A partir de ce constat, des artistes handicapés ont mis en valeur leurs talents afin de prouver qu’ils sont capables de faire beaucoup de choses en dépit de leur déficience. Ils ont offert un spectacle de toute beauté à un public composé en majorité de personnes handicapées. Ils ont chanté, déclamé, dansé et joué de la musique sous les applaudissements du ministre des Affaires sociales et du Travail (MAST), François Richel Lafaille, du titulaire de la Secrétairerie d’Etat à l’intégration des personnes handicapées (SEIPH), Gérald Oriol Junior, et du public . A travers leur performance, ils ont lancé un message fort.

    « Quand on a une déficience quelconque, cela ne veut pas dire pour autant que la vie est terminée. On est capable de réaliser bien des choses. Je suis une victime du tremblement de terre de janvier 2010. J’ai passé quatre jours sous les décombres. Ensuite, j’ai été amputé d’un bras. A ce moment-là, je me suis demandé comment j’allais vivre. Quand on m’a recruté à l’association haïtienne de football des amputés, je doutais fort. Pourtant, j’avais l’habitude de jouer au football avant le séisme. Ironie du sort: on m’a fait jouer au poste de gardien de but. Demander à un manchot de garder le camp d’une équipe de football me paraît bizarre. A mon grand étonnement, j’excelle à ce poste et je deviens le gardien numéro un de l’équipe », témoigne Emmanuel Ladouceur. Il a pris l’exemple afin de convaincre les autorités étatiques et les autres personnes handicapées de leurs capacités. Deux autres personnes souffrant de déficience ont également raconté leur expérience.

    La commémoration de la journée internationale des personnes handicapées a été aussi l’occasion pour les personnes accusant une déficience quelconque d’exposer leurs problèmes. Jerry, un élève de l’institution Foyer d’amour d’Haïti, a, à travers un poème, expliqué les péripéties auxquelles font face les personnes handicapées et leurs parents. Son intervention a été suivie d’un message relatif aux droits des enfants émis par une jeune du mouvement mondial en faveur des enfants. « Haïti est l’un des pays signataires de la convention relative aux droits des enfants. Ces droits sont aussi favorables pour les enfants handicapés. Il est important que ces droits soient respectés dans le pays », a-t-elle indiqué.

    Le ministre des Affaires sociales et du Travail a dévoilé son intention, au cours de son intervention, d’oeuvrer en faveur du respect des droits des personnes handicapées. « Que vous soyez handicapés moteurs, mentaux ou psychomoteurs, vous avez des droits. Des droits que vous aurez à exercer à partir de la loi déjà votée à la Chambre des députés et qui attend encore au Sénat de la République. Le secrétaire d’Etat et moi, nous sommes en train de conjuguer nos efforts pour que cette loi devienne une réalité. Cette loi permettra à vous, les handicapés, de vivre votre vie dans le respect de la dignité humaine », a déclaré le titulaire du MAST, François Richel Lafaille.

    « Le domaine de l’accessibilité est le plus négligé des domaines d’action dans lequel la solidarité envers les personnes handicapées peut s’exercer. [...] L’accès physique à un bâtiment est une chose, et l’accès aux services en est une autre. Il est donc aussi important que dans les institutions publiques, les banques, les hôpitaux, les aéroports, les commerces les personnes qui vont avec un handicapé, bénéficient d’attention et de la priorité d’accès… », a indiqué le secrétaire d’Etat Gérald Oriol Junior, qui croit qu’on peut avec de la volonté et un minimum d’investissement améliorer peu à peu les bâtiments existants. Le titulaire de la SEIPH a fait savoir qu’il porte une attention spéciale sur les travaux de réhabilitation de l’aéroport et de la construction du parc industriel dans le Nord afin que les règles relatives à l’accessibilité soient appliquées. Il a aussi affirmé son intention de demander aux sénateurs de voter la loi sur l’intégration des personnes handicapées.

    La SEIPH a décerné le prix d’accessibilité à quatre institutions. Les récipiendaires sont la compagnie de téléphonie Voilà, la compagnie de transport en commun Dignité, la Sogebel et la quincaillerie MSC Plus. La célébration de la journée internationale des personnes handicapées dans le pays a été marquée par la performance de l’orchestre foyer d’amour d’Haïti et du groupe G13 composé en majorité de personnes handicapées. Plusieurs institutions oeuvrant en faveur des personnes handicapées, dont l’organisation des enfants démunis handicapés d’Haïti (OEDDH), l’Organisation de la défense des droits des sourds-muets(ODDSM), ont exposé des produits créés par des artisans handicapés.

    Source: http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=&ArticleID=99980#Suite